Posted on

Dark rooms

Les couloirs obscurs des saunas gays sont les terrains de jeux des mecs en quête de plaisir. On y chasse ou on s’y laisse chasser comme dans un rite immuable. 

Jamais loin des bains chauds et saunas réservés à la sensualité et relaxation, les darks rooms permettent à la clientèle des saunas gays de s’adonner à leur pulsions sexuelles. Les chasseurs poursuivent leurs proies dans le dédale des dark rooms. Les proies s’échappent ou ralentissent leurs pas, et disparaissent dans une cabine lorsqu’elles sont prêtes à la capture. 

On y porte une serviette et des flipflops, fini la lutte de classes et les signes extérieurs de richesse. Ici, on ne parle pas, être cultivé ou bien éduqué ne fera aucune différence, pas plus que d’être un local ou un touriste. Ce qu’on trouve ici est plus profond ou superficiel selon le point de vue.

On joue à deux ou à plusieurs dans les dark rooms, on s’y cache ou on s’y montre. Tout y est naturel: plus naturel que les interactions humaines en dehors du sauna. Le jeu de chasse peut durer des heures, accompagné d’une musique de fond électro vaguement entraînante. 

Des lasers bas de gamme donnent une allure de fête aux couloirs lugubres. Leur rotation et virevoltement évoquent les boîtes de nuit. Mais ce ne sont que des évocations: des émotions perdues. Au final, l’espace lugubre des dark rooms ne devient pas plus gai, ce sont les souvenirs de fêtes qui deviennent plus obscures. 

Les rayons lasers n’éclairent rien, leur faisceau tranchant ne dévoile rien. Plutôt que de révéler quoi que ce soit, l’intensité des rayons lasers accentue par contraste la pénombre.

Livre et posters