La Société digressive

digressive-society-header

– un projet alternatif de société –

Je décris dans ce livre une société dite « digressive » dont le principe serait de n’en imposer aucun à autrui : principe paradoxal dont je démontre qu’il est équivalent à la maximisation globale des choix individuels, ainsi qu’au combat contre toute forme d’aliénation.

Loin d’être stérile, ce principe pourrait, je l’affirme, avoir des applications très concrètes dans la tenue des activités humaines. Je l’illustre dans la première section du livre dans tout ce qui a trait aux questions culturelles : dans la conciliation des normes et coutumes au sein de l’espace public, dans la place de l’expertise au sein d’une démocratie, ainsi que dans la distinction à faire entre éducation et endoctrinement. La deuxième section est quant à elle dédiée à l’économie, j’y étudie les notions de privilège et de mérite, traite de la propriété d’un bien et la gestion d’un monopole, défends la coexistence des échelles de valeurs, des monnaies et des économies parallèles. J’applique finalement l’approche digressive aux institutions ; et plus particulièrement aux droits humains, aux justices « inclusives » et « exclusives », aux États-nations et souverains. J’esquisse dans cette dernière section un ordre international dit digressif : ordre minimum, c’est-à-dire le plus inclusif qui soit, requis afin de nous protéger contre toute forme d’aliénation.

La société digressive est un manifeste pour une société post-certitude, une réponse pragmatique aux dogmes et monopoles en tout genre.

La société digressive
Editions papier et Kindle

(also available in English)
 

Ressources en ligne